Galion : une utopie communautaire

Hommage à Ginette Mison
lundi 19 octobre 2009
par  Webmaster IREM

Ginette Mison nous a quittés le 19 mai 2009. Nombre d’entre nous l’ont connue et appréciée, dans ses multiples activités. Elle fut enseignante, militante APMEP, auteur de manuels scolaires et de brochures (en particulier dans le cadre de l’association Galion qu’elle avait contribué à fonder), formatrice à l’IREM et à l’IUFM. 

Dans toutes ces activités, elle a fait preuve d’un enthousiasme et d’une énergie qui paraissaient inépuisables. Elle savait entraîner ses élèves, ses stagiaires et ses collègues à donner le meilleur d’eux-mêmes

À l’automne 2007, nous avions réalisé une interview de quelques membres de l’association Galion (fondée en 1968…) dans laquelle ils témoignent d’une époque de bouleversements , de controverses et d’innovations qui vit en particulier la naissance des IREM.

On y retrouve l’optimisme, l’engagement, les convictions qui caractérisaient Ginette.

Nous avons donc laissé à cette interview sa forme orale, ne modifiant que quelques détails pour des raisons de compréhension, préférant privilégier la vie qui se dégage de cet entretien à une approche plus « historique ».

Un document écrit par les Amis de l’IREM de Lyon.

Une utopie communautaire : Galion

Sont réunis quelques membres de l’équipe Galion, Ginette Mison, René Gauthier, André Myx, Jean Clerjon, ainsi que Maurice Glaymann.

René et Ginette répondent aux questions d’une délégation de l’association des Amis de l’IREM de Lyon.

Amis de l’IREM de Lyon (AIL) : Quelle était l’ambiance qui régnait à cette époque de la création des IREM, comment ça se passait dans les salles des prof., racontez-nous...

Ginette : On est quatre ici qui étions professeurs dans les lycées : André Myx à Charial, Jean Clerjon à Jean Moulin, moi à Récamier, et puis René à Ampère. Nous étions recrutés essentiellement pour faire la formation en mathématiques modernes... À quoi les prof. n’étaient pas du tout formés.