L’origine de la perspective

Denis Favennec
mardi 22 avril 2008
par  Webmaster IREM

Un exposé historique richement illustré sur les naissances de la géométrie projective et de la perspective : cette conférence ne nécessite aucun pré-requis théorique, et s’adresse à tous les curieux de science et d’art.

Jan Vredeman de Vries (1604) Jan Vredeman de Vries (1604)

Résumé : Lorsqu’il publie le Brouillon projet d’une atteinte aux événements de la rencontre du cône avec un plan en 1639, Girard Desargues formalise pour la première fois la géométrie projective. Les concepts d’espace projectif, d’infini actuel, d’invariant par un groupe de transformation sont en germe dans ce texte d’une trentaine de pages.

Cependant, malgré le caractère inouï et novateur de cet ouvrage (ou peut-être à cause de lui), les concepts de Desargues sont mal compris des contemporains ; à tel point qu’il faut attendre les années 1820 pour que la géométrie projective renaisse sous l’égide de Monge et Poncelet, près de deux siècles après son invention.

Pourquoi cette incompréhension et cet oubli ? Que contient de si choquant pour la pensée classique le « Brouillon projet » du géomètre lyonnais ? Enfin, quelles en sont les sources ou les modèles ? Nous verrons le rôle fondamental joué par la perspective dans l’élaboration de la nouvelle géométrie. On peut même se demander si la révolution arguésienne n’est pas l’énonciation claire et distincte de ce que la perspective des peintres montrait, mais se gardait bien de dire.

Cette conférence ne nécessite aucun pré-requis théorique sur la géométrie projective, et s’adresse à tous les curieux de science et d’art.

JPEG - 73.9 ko
Naissance de la perspective
Denis Favennec
Le miracle de l’hostie - Paolo Uccello - 1465-1469

« Il laissa une fille qui savait dessiner, et sa femme, laquelle racontait que toute la nuit, Paolo restait dans son cabinet pour trouver les règles de la perspective, et que lorsqu’elle l’appelait pour dormir, il lui répondait : “Ô quelle douce chose que cette perspective !” Et en vérité, si elle lui fut douce, elle ne fut pas moins chère et utile, par ses travaux, à ceux qui s’y sont exercés après lui. » (Giorgio Vasari, Vie de Paolo Uccello.)


Le matériel présenté dans cette conférence figure en bonne partie dans le livre Douce perspective, une histoire d’art et de science de Denis Favennec en collaboration avec Emmanuel Riboulet-Deyris (Editons Ellipses 2007), dont voici une fiche de lecture. Ce livre est disponible à la bibliothèque de l’IREM.


Documents joints

Denis Favennec : "Douce perspective"
Denis Favennec : "Douce perspective"

Commentaires

Logo de manu Chaussard
mercredi 21 janvier 2009 à 12h51, par  manu Chaussard

Un livre très intéressant sur Paolo Uccello et la naissance de la perspective : Jean-Philippe Antoine, La chair de l’oiseau. Notamment sur une des fresques d’Uccello où il y a plusieurs points de fuite et où le spectateur est obligé de se déplacer pour tout voir sans déformations (celles-ci se déplaçant, évidemment avec le spectateur, en sens inverse). Je l’ai lu il y a 7 ans et ce fut un vrai plaisir !!